dimanche 21 octobre 2018

356 At2 1958

The doors 




...ou plutôt ce qu'il en reste !!!

Que faire dans un tel cas ?
 la gauche bien qu'elle ne soit pas présentable est sauvable ... la droite est très abîmée et après l'essai d'une porte d'occasion je me rends vite compte qu'il y aura autant de travail à adapter celle d'occasion que refaire celle d'origine , c'est donc parti pour restaurer les deux portes !

commençons par l'état des lieux :




...mais attendez ce n'est pas tout !

la 356 à été accidentée à un moment de sa vie et toute la partie avant droite y compris la porte  à été réparé  , jugez par vous même la qualité des soudures et les alignements des arrêtes ...






tout çà n'est pas très réjouissant !

donc reprenons tout ce qui est à refaire , je commence par former la partie intérieure basse du caisson de porte


voici le seul morceau de réparation disponible dans le commerce , celui ci m'à été fourni par le client et provient de chez Stoddart , habituellement je me fournis chez Simonsen ...mais pour cette fois passons !


Les autre parties sont faites sur mesure


Je vous rappelle que sur une 356 c'est un peu comme de  la haute couture , tout est unique et il faut s'adapter à chaque pièce , on ne peut pas remplacer une porte par une autre provenant d'une autre voiture sans avoir de grosses modifications à faire .


donc tout est " cousu main" et chaque morceau est taillé par rapport à l'existant ( ou ce qu'il en reste ) d'ou l'importance de bien garder toutes les pièces pour pouvoir reconstruire !


certaines pièces sont plus faciles que d'autres à reproduire !

la reconstruction se fait pas à pas , ici je reprends l'ancienne découpe 


pour rafraîchir la partie abîmée


et la remettre en place !

la partie basse est reconstruite au fur et à mesure pour garder les formes et côtes d'origine.


et le caisson intérieur commence à être plus présentable .


les formes et différentes moulures sont respectées


reste un morceau à former pour finaliser le caisson de porte

les charnières sont dans un premier temps vissées pour l'ajustage


de nombreux essais sont nécessaires pour être sûr du coup et pouvoir souder le morceau en place .


l'alignement se fait également sur la caisse tant que les ailes avant sont présentes


l'ajustage est long et fastidieux , tout doit passer aussi bien à l'ouverture qu'à la fermeture ...et c'est au millimètre !


tous les morceaux sont enfin soudés en place , il restera la partie extérieure à faire , mais ce sera fait plus tard lorsque le bas de caisse et le bloc avant auront été posés et que l'ajustage sera possible .


la porte gauche est faite de la même façon , voici des vues de l'intérieur une fois que tout est soudé



les charnières sont posées avec des rivets pleins frappés à chaud .


toutes le tôles sont en acier electrozingué pour garantir une bonne tenue dans le temps ...sauf la tôle du fond qui provient de chez Stoddard et qui n'est pas traitée .


l'intérieur des portes est ensuite mis en apprêt 


restera à refermer tout çà ultérieurement quand la caisse sera prête à accueillir de nouveau ses portes , car , oui, ce sont bien les siennes , celles qui lui ont été posées en 1958 ...




...celles qui sont frappées des trois derniers sacro-saints chiffres du numéro de série que tout puriste se doit de conserver !

blague à part , c'était plus simple de faire comme çà que de mettre deux portes neuves !




dimanche 7 octobre 2018

356 At2 1958

Pour restaurer une 356 la somme de travail est souvent colossale , et la question au départ est :  par quoi commencer ?
...il y à le choix , même si çà ne se voit pas trop sur cette photo !

L'auto à été sablée et mise en apprêt phosphatant depuis un certain nombre d'années , je la prends comme elle vient et comme elle à été traitée , mais si j'avais dû m'en occuper elle aurait subi un aérogomage suivi d'un apprêt digne de ce nom



Pour l'échauffement , je choisis donc le capot avant  !

Quand on y regarde de plus près , il est plutôt très patiné , c'est un argument de vente pour beaucoup de vendeurs de voitures de collection , mais là c'est quand même un peu trop patiné ...



Je vous rassure , le dessous n'est pas beaucoup mieux !
 lorsque vous avez un capot comme celui ci plusieurs solutions s'offrent à vous :
- en trouver un d'occasion ...mauvaise idée , une fois sablé il sera sans doute dans le même état , voir pire !

- en trouver un neuf , dans le cas ou vous n'auriez plus le capot d'origine frappé des trois derniers chiffres du numéro de série , pourquoi pas , mais sachez qu'il ne se montera pas sans l'adapter et qu'il faudra reprendre son état de surface 

- restaurer le capot d'origine pour conserver une part d'authenticité à la voiture ,  et ainsi conserver ces fameux trois derniers chiffres dûment frappés à froid par un ouvrier de chez Porsche en 1958 (dans ce cas) . Conserver ainsi le saint graal du matching number qui titille votre esprit dans l'optique d'une restauration fidèle



Gardons donc ce fidèle capot qui toute sa vie n'a pas quitté la partie avant rondouillarde de cette 356!!!
découpe d'un patron pour la mise en forme de la tôle qui viendra remplacer l'ancienne


...puis mise en forme d'une tôle de 1 mm electrozinguée 



après plusieurs ajustages , prises de côtes et prises d'empruntes de formes , le bord extérieur est rabattu 


Vient ensuite le moment de définitivement arracher à cette 356 une partie de sa vie ...


La corrosion même si on ne la voit pas de l'extérieur , est bien là et quelle que soit la méthode de décapage ( aérogommage , bain de décapant chimique , cataphorèse ) il reste de la rouille dans les corps creux ...c'est inévitable !



on voit bien l'intérêt " d'ouvrir " certaines parties , si on ne le fait pas , la corrosion reprend ses droits 




un bon sablage permet de supprimer la rouille et de repartir sur des bases saines


formage tout simple d'une partie de la doublure du capot 


découpe après ajustage



une fois mises en apprêt et traitées en anticorrosion pour la soudure , les tôles sont prêtes à être assemblées



La soudure est faite au chalumeau puis planée au maillet en bois et à la batte
la bordure est ensuite rabattue , le tout sera ajusté en place sur la voiture le moment venu

vue sur la soudure brute avant planage


planage de la soudure ...


une fois plané à la batte et décapé voici le résultat , le capot est ensuite mis de côté en attendant d'être présenté sur l'auto pour l'ajustage avec la partie avant 


voilà pour le capot avant , ce n'est qu'un petit morceau du puzzle mais ce qui est fait n'est plus à faire ...
d'autant plus qu'il y à encore de quoi s'occuper !










356 At2 1958

The doors  ...ou plutôt ce qu'il en reste !!! Que faire dans un tel cas ?  la gauche bien qu'elle ne soit pas présenta...